« Un seul doigt ne peut pas ramasser de la farine « , Arouna ZOPOULA, président du CC-UNB

ZOPOULA Harouna le nouveau président du Club des Communicateurs de l’Université Nazi Boni (CC/UNB) a remporté les élections lors de l’assemblé général du 07 décembre 2019. Il a bien voulu nous accordé une interview, le lundi 19 janvier 2020 après une rencontre du bureau sur le site Eben Ezer. A travers cet entretien, le président nous donne ses stratégies à tacher sur son plan d’action et invite ses camarades à l’unicité.

Journal du CC-UNB(JCCUNB) : Pouvez-vous vous présenter ?

Arouna ZOPOULA (A.Z) : Je suis ZOPOULA Arouna. Je suis en année de licence en communication d’entreprise plus précisément la communication institutionnelle et relation publique. Je suis le président du club des communicateurs de l’université Nazi Boni (CC/UNB) pour le mandat 2020.

JCCUNB : Vous avez été élu à la tête du bureau du CC/UNB lors de l’assemblé générale du 07 décembre dernier avec 100% des voix. Quelles sont vos émotions ?

A.Z : C’est la toute première fois que je m’exprime sur cette élection. J’ai été élevé comme président à l’unanimité par tous les votants, j’étais vraiment très ému. Je ne peux qu’être heureux, me sentir valorisé, parce que je ne m’entendais pas à cela. Avant les élections, j’avais des doutes, mais contre toutes attentes la situation s’est présentée autrement. Ça été une manière pour moi de me dire que le club avait besoin de ma petite expérience pour aller de l’avant. Et je crois que je peux être un maillon fort pour pousser le club de l’avant.

JCCUNB : Vous avez été membre du bureau de l’année dernière notamment le chargé à la mobilisation. Quelle analyse faites-vous du mandat du bureau sortant ?

A.Z :  Si vous me permettez de faire un bilan, je ne peux que louer les belles initiations entreprises par ce bureau. Ce n’est pas pour nous jeter des fleurs, on a connu un succès éclatant. Je peux citer notre soirée des communicateurs qui a connu un succès extraordinaire. On a vu une grande mobilisation des uns et des autres, on avait l’administration à nos côtés avec qui on s’était heurté lors de la première édition. On a pu mobiliser un certain nombre de personnes ressources, on avait des officiels de qualité qui y ont pris part. A côté de ces forces, il ne faut pas oublier les difficultés. Je peux citer le problème de la mobilisation. Je peux dire qu’on a fait face à un éternel problème de mobilisation parce que la mobilité, l’engouement que nous cherchions autour de nos activités n’a toujours pas été une réalité.

JCCUNB : Quels commentaires faites-vous sur votre feuille de route présentée aux différentes promotions le 14 janvier dernier ?

A.Z : De façon ramasser on à bien voulu avoir dans notre chronogramme des activités ludiques et des activités didactiques. Au plan de l’apprentissage, nous comptons réaliser des formations et des conférences en faveur de nos camarades. Nous avons aussi notre activité phare qui va marquer l’apothéose de nos activités. Il s’agit donc de la soirée des communicateurs. Cette activité est ambivalente, elle a un côté ludique et de réseautage. Elle permettra aux étudiants de parler de leur savoir faire aux entrepreneurs et de faire un « personnal branding » qui veut dire tout simplement faire une communication sur de soi-même pour vendre ses compétences. L’aspect ludique sera surtout marqué par des sorties.

JCCUNB : Vous avez déjà exécuté votre première activité le 19 dernier qui était une conférence sur le communicateur et la web communication. Quelles appréciations faites-vous de cette activité ?

A.Z : À mon avis elle a connu un succès du côté de la mobilisation, du côté de la formation je crois que chacun a tiré satisfaction

JCCUNB : Nous voyons un programme chargé plus que celui de l’année dernière, quelles sont les stratégies que vous avez mises ou que vous mettrez en place pour respecter ce programme ?

A.Z : La première stratégie c’est la mise en place rapide du bureau. Comparativement à l’année passée le bureau a été mis en place très tôt. Cela nous a permis de nous lancer le plus vite possible dans nos affaires. Comme vous le constatez la deuxième stratégie c’est nous même. Nous sommes notre première ressource pour réussir la chose. Le dynamisme et l’engagement des uns et des autres vont réussir nos activités. Avec la détermination de tous les étudiants, nous allons sortir victorieux. Nous sommes là pour donner un coup de main à la filière communication pour qu’elle puisse connaître un rayonnement dans la ville de Bobo et même au delà. Finalement nous comptons avoir très tôt des relations avec des entreprises, des structures afin qu’ils puissent nous accompagner pour la réussite de nos activités »

JCCUNB : M. le Président pensez-vous que vous avez autour de vous des collaborateurs assez dynamiques pour réussir votre mandat ?

A.Z : À cette question je vais répondre par l’affirmatif parce que les éléments dans le bureau sont un échantillon représentatif de chaque promotion. Ils ont été d’abord élu dans leur classe après quoi ils ont fait montre des discours d’engagement, de volonté lors des élections générales. Ils font déjà preuve de cela, ils ont montré qu’ils sont pragmatiques et qu’ils sont aillés. Ce n’est qu’en puisant d’exemples de la conférence du samedi et lors des différentes rencontres

JCCUNB : Quels messages avez-vous à l’endroit Club des Communicateurs de l’Université Nazi Boni (CC/UNB) ?

 A.Z : Une très belle question. J’invite l’ensemble des camarades à nous accompagner dans notre plan d’action. Le bureau est là pour piloter la structure. Une seule mais ne peut pas ramasser de la farine. Le bureau constitue une main et les camarades une main. Si nous mettons les deux mains ensemble nous pourrons ramasser efficacement de la farine. Ainsi on amènera le club à connaître une très grande visibilité, à résoudre le problème que connaissent les étudiants en matière donc de stage et de l’insertion socioprofessionnelle. Je demande également aux camarades de mettre un peu d’eau dans leur vin pour que nous puissions parler le même langage qu’il n’y ait pas de discordance, de mauvaise volonté à vouloir nuir sciemment aux activités du club. Il faut que les uns et les autres aient la volonté de prendre part à nos activités.

JCCUNB : Quel est votre dernier mot ?

A.Z : Si j’ai quelque chose à dire, c’est de vous remercier pour la considération que vous avez à mon égard et à l’égard du bureau en général. J’ose croire que cette interview va permettre aux camarades de savoir comment nous comptons marcher avec eux.

                                                                                                     Sylvain Ouattara

Publié par TOE Diro Benoît Wilfried

✅ COMMUNICANT 📜Études : Com-institutionnelle & Relations Pub 🏢 • Web-com💻📱 • Journalisme 🎤🎥✍️

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :